Une unite d’ingenierie d’edf prepare le ‘grand carenage’

UNE UNITE D’INGENIERIE D’EDF PREPARE LE ‘GRAND CARENAGE’

Rendre possible l’exploitation des centrales nucléaires au-delà de 40 ans. Tel est l’objectif du programme industriel « Grand Carénage » initié par EDF. Pour y parvenir dans les délais et avec la performance requise, la Division de l’Ingénierie du Parc, de la Déconstruction et de l’Environnement (DIPDE : unité responsable de l’ingénierie de la partie nucléaire des centrales) a repensé son processus de conception et de pilotage des projets, en lien avec les équipes de Renault-Nissan Consulting. Une collaboration couronnée de succès grâce à une méthodologie adaptée et à l’adhésion de l’ensemble des équipes de la DIPDE.

Entretien avec Stéphanie Delamare, attachée Qualité Technique Mission Accompagnement du Changement chez EDF et Didier Gerbaud, manager chez Renault-Nissan Consulting.

Qu’est-ce que la DIPDE et pourquoi avoir contacté Renault-Nissan Consulting en 2013 ?

Stéphanie Delamare : Au sein d’EDF, la DIPDE est responsable de l’ingénierie de la partie nucléaire des centrales. En 2013, nous avons préparé le programme industriel « Grand Carénage » qui concerne l’amélioration du niveau de sûreté des centrales, dont l’intégration des mesures post-Fukushima, et la rénovation ou le remplacement de matériels pour améliorer la performance des installations. Ce travail amont nous a révélé que nous ne pourrions pas absorber cette croissance d’activité avec nos processus habituels. Nous nous sommes alors fixés plusieurs ambitions :

  • raccourcir de 30 % la durée des études de conception des modifications ;
  • garantir la tenue des engagements en termes de délais, coûts et sureté ;
  • apporter une meilleure prise en compte des besoins de notre client interne. Il s’agit de lui fournir des livrables répondant au strict besoin en termes de délai de fourniture et de niveau de qualité attendu (complétude et contenu). Il faut également apporter un accompagnement adapté pour une intégration des modifications dans de bonnes conditions.

Pour y parvenir, nous avons fait appel à l’expertise des équipes de Renault-Nissan Consulting.

Crédit : EDF

 

Quelle méthodologie spécifique avez-vous proposé aux équipes de la DIPDE ?

Didier Gerbaud : En matière de Lean, nous disposons d’une forte expérience acquise au sein de l’Alliance Renault-Nissan ainsi que dans d’autres secteurs d’activité (que ce soit dans l’industrie ou dans les services). En étudiant les besoins d’EDF, j’ai pensé à certains projets que nous avions déjà menés sur l’amélioration des processus et pour lesquels nous avions utilisé la méthodologie dite DMAIC (Define, Measure, Analyse, Improve, Control) qui signifie en français : définir, mesurer, analyser, améliorer et contrôler.

Nous avons proposé une intervention en trois temps, les deux premiers utilisant la méthodologie DMAIC :

  • le reengineering du processus de conception des modifications, dont l’enjeu est de définir le futur processus souhaité ; 
  • le déploiement de chantiers identifiés comme prioritaires pour que le processus cible puisse fonctionner ; 
  • la conduite du changement pour l’appropriation par tous du nouveau fonctionnement.

Comment les différentes phases DMAIC ont-elles été menées ?

DG : Lors du reengineering, nous avons réuni une vingtaine de personnes, représentant tous les métiers de la DIPDE, pour ‘mettre à plat’ le processus de conception des modifications. Elles ont pu ensemble identifier et résoudre les problèmes majeurs en proposant des axes d’amélioration. Ce travail a été validé par le Comité de direction et s’est poursuivi par une phase de reconfiguration complète du processus. L’enjeu a été de bâtir le processus cible, avec les plans d’action et les gains associés.

SD : Nous avons été séduits par cette approche car nous avions résolument besoin d’un nouveau processus répondant à une logique de « client interne », en rupture avec le passé. Il s’agissait d’une dimension nouvelle et indispensable pour nous permettre de mieux servir les attentes des différents sites à l’occasion des travaux du « Grand Carénage ». Nous avons également pris conscience du besoin de fluidifier et de clarifier nos modes de fonctionnement, notamment en travaillant plus en parallèle avec tous les contributeurs. Comme nous l’a souvent répété Didier, il fallait aller « plus loin, ensemble » !

Quels sont les caractéristiques des chantiers priorisés à l’issue de la première étape ?

DG : Sept chantiers principaux ont pu être menés à bien grâce à l’implication forte des opérationnels de la DIPDE. Les solutions concrètes qui ont été retenues faciliteront et fiabiliseront le programme « Grand Carénage ». Il s’agit, par exemple :

  • de renforcer la rédaction des cahiers des charges afin de mieux prescrire les exigences en lien avec les modifications, 
  • d’améliorer la constitution des fiches de documentation technique des systèmes des centrales qui vont être impactés par les modifications, 
  • de fiabiliser la qualité et le délai de production du dossier réglementaire à destination de l’Autorité de Sûreté Nucléaire.

En travaillant plus étroitement ensemble, les équipes ont pu constater qu’elles pouvaient arriver à de bien meilleurs résultats. Cette dynamique collective a garanti que les solutions proposées étaient réellement adaptées à leurs besoins sur le terrain. En outre, sans cette forte adhésion, il n’aurait pas été possible d’obtenir de réelles ruptures dans les modes de fonctionnement.

SD : Parmi ces chantiers, je soulignerais le travail réalisé sur le renforcement des modes de pilotage des affaires mis en place. Il permet désormais à chacun de prendre conscience de son rôle, de ses responsabilités et des interactions existantes avec les autres acteurs de l’affaire. En ciblant mieux les missions de bout en bout, on dépasse les aspects purement techniques, ainsi que les savoir-faire des métiers. Nous disposons maintenant d’une vision globale beaucoup plus performante. Le nouveau processus de conception a même donné naissance à de nouveaux profils de postes au sein de notre organisation.

Qu’en est-il de la conduite du changement ?

DG : La mise en œuvre et la pérennisation du nouveau processus de conception tient essentiellement à l’implication et à l’accompagnement des populations les plus impactées. L’appropriation du changement, qui se poursuit aujourd’hui encore, a notamment été initialisée au travers d’un module de sensibilisation destiné à tous le personnel de la DIPDE, mais aussi de séances de formation spécifiques aux populations les plus impactées. Celles-ci ont été suivies de quelques groupes d’expression pour s’assurer de la compréhension et de l’adhésion des salariés concernés. SD : L’important est en effet de « sécuriser » le déploiement des solutions élaborées et de continuer, au cours des prochains mois, à lever les freins éventuels. Le taux de satisfaction des collaborateurs sur les formations est autour de 90 %, ce qui montre une forte adhésion. Nous devons cependant rester vigilants et contrôler périodiquement leur mise en application, comme le prévoit la méthodologie DMAIC.

Quel bilan tirez-vous de cette collaboration ?

SD : L’apport de Renault-Nissan Consulting a été fondamental pour réussir le reengineering de notre processus de conception. Non seulement par la méthodologie proposée, certes importante, mais aussi et surtout par la qualité de l’accompagnement, la richesse de l’animation, l’énergie prodiguée durant ces longs mois. Grâce à cet énorme travail effectué en amont, l’implication de Renault-Nissan Consulting à mes côtés, mais aussi celle de l’encadrement d’EDF et de nos équipes, cette nouvelle organisation va nous permettre, sans nul doute, d’atteindre nos objectifs.

Ils ont dit

« Ce fut une collaboration passionnante, portée par une équipe EDF motivée et tenace… »

Didier Gerbaud

« Nous avons pu relever ce challenge grâce à l’expériencea méthode proposée et à l’engagement de l’équipe Renault-Nissan Consulting… »

Stéphanie DELAMARE

Attachée Qualité Technique Mission Accompagnement du Changement

EDF – DPNT – DIPDE

Didier Gerbaud Manager Renault-Nissan Consulting

Tél. fixe : 01 76 83 55 74

Tél. portable : 06 85 32 71 70

 DMAIC La méthodologie DMAIC est une approche structurée de résolution de problèmes qui s’appuie sur la roue d’amélioration de Deming (Fig. 1).

 

Elle se déroule en cinq étapes pendant environ 4 mois et repose sur la forte implication d’une équipe multifonctionnelle (Fig. 2) à qui on a délégué la recherche de solutions opérationnelles à un problème conséquent.

 

DMAIC est l’acronyme des noms anglais de chaque étape: Define (Définir), Measure (Mesurer), Analyze (Analyser), Improve (Innover ou améliorer) et Control (Contrôler). A chaque phase sont associés des livrables validés pendant une revue de jalon.

1. Définir : la définition du problème, le périmètre étudié, les enjeux pour la direction ou le groupe, les objectifs du projet (en terme de performance, d’attentes des clients…), … la constitution de l’équipe, le pilote et le sponsor du chantier sont consolidés dans une charte projet.

2. Mesurer : il s’agit de comprendre la situation actuelle et de vérifier la réalité du problème au travers des observations de terrain, une cartographie des processus et des mesures objectives.

3. Analyser : le problème étant avéré, on analysera ici les facteurs influençant le problème pour identifier les causes racines.

4. Améliorer : en ayant compris les causes racines du problème, il est alors possible de proposer des solutions efficaces et d’envisager un plan de test puis de déploiement.

5. Contrôler : les solutions étant en place, il est nécessaire de s’assurer de leur pérennité pour garantir la performance sur du long terme. Plan de surveillance, audit et formation continue seront les leviers principaux de cette étape.